Le diable se cache dans les détails

Le diable se cache dans les détails

 

 

Hello,

 

S’il y a bien une leçon que j’ai apprise auprès de mon ami PF (bon Ok la deuxième leçon, le lining c’est la première leçon, je suis fier si tu as suivi), c’est qu’on peut avoir tous les bâtiments, forêts et autres gros décors de la mort, s’il n’y a pas de petits éléments de vie, la table n’aura pas d’âme. De la lanterne à la statue d’inugami en passant par la jarre de saké, c’est tout cela qui transforme une table de jeu en un vrai paysage immersif. 

Alors j’avais bien imprimé une ou deux conneries en 3D, au début pour Hellboy (me reste encore quelques meubles et les portes avant de vous le présenter), puis pour tester l’impression résine. La vraie occasion a été le retour des Mystery box de Mantic Games pour lesquelles je me suis laissé tenter. Enfin laquelle, parce que croyez moi, rien qu’une ça fait déjà un énorme lot de décors à peindre. Alors certes, on ne choisit pas les thématiques (et selon toute logique ce sont soit des invendus, soit des surplus je suppose) mais pour un joueur éclectique tel que moi c’est juste PAR-FAIT. Je n’ai pas eu trop de soucis d’éléments tordus alors que c’est le reproche principal fait à cette gamme. J’ai mis un petit peu de temps à ébarber parce que c’est du plastique mou donc il faut presque plus couper que gratter mais rien d’insurmontable (si on calme sa perfectionnite aigüe). 

 

A cela s’ajoute des décors résine Carnevale (tonneaux flottants, filet, planches…), des décors plastiques Deadzone et des décors en plâtre moulés par l’ami Anatoly ! 

Pour le coup je savais que je voulais aller vite, traiter efficacement tout le premier lot que j’avais préparé. Sous-couche noire donc et j’en ai profité pour observer le comportement de la bombe noir action qui a l’avantage d’être très économique. On peut oublier la peinture trop liquide ou les encrages mais pour du brossage à sec je valide le test ! J’ai étrenné pour l’occasion le pinceau „Dry“ Games Workshop obtenu avec la collection Impérium. C’est mon nouveau meilleur ami pour le brossage ! Ni trop souple (et donc qui pose bien la couleur en brossage) ni trop dur pour ne pas se déformer. Pour la peinture j’ai globalement utilisé deux teintes : la première sur toute la zone concernée, la second seulement sur la moitié supérieur pour créer un effet lumière zénithal. Rien de bien sorcier mais suffisant (à mon sens) pour ajouter un peu de couleur et d’effet de contraste.

En revanche, même en les ayant nettoyé à l’eau savonneuse j’ai eu la peinture qui s’est un peu écaillé donc je vais me hâter de vernir tout cela.

 

Petite exception sur l’autel, j’ai tout brossé en gris pour „slapchopé“ le rouge du tissu et les crânes.

Un peu de peinture fluo sur les liquides, c’est vraiment pas simple à utiliser ceci…

Les fameux décors en plâtre !

Le dernier puits

C’est tout pour aujourd’hui, ça me grandement plaisir de voir un projet avancer même sans aucune fig pour jouer. J’ai pu faire dans un temps raisonnable (pour moi en tout cas) avec un résultat satisfaisant (ce n’est pas de la grande peinture mais en jeu ça ira très bien). Je ne vais pas enchainer tout de suite la peinture des autres décors, j’ai du Congo à faire en priorité !

Powered by WPeMatico

Dieser Artikel stammt von einer der angeschlossenen Quellen. Bitte honoriere die Arbeit der Autoren indem du ihren Webseite besuchst.

Artikelquelle besuchen
Autor: / Palabres, Bricoles et autres Songes

Anzeige:
Eis.de